Des conseils pour faire face à cette pollution

Un automobiliste dans sa voiture est cinq fois plus exposé au benzène et au dioxyde d’azote et trois fois plus exposé aux particules que dans son logement ou dans la rue.

Étant donné qu’il passe en moyenne 78 minutes par jour dans sa voiture, cette exposition n’est pas sans conséquence.

Pour en savoir davantage, Midas a commandé une étude. Entre octobre et décembre 2012, l’air d’une centaine de voitures circulant en ville et sur autoroute a été passé au crible.

Le docteur Squinazi ancien directeur du laboratoire d’hygiène a regardé de près les résultats. Il en ressort une forte concentration de polluants. Les systèmes de ventilation ou de climatisation ne sont pas inoffensifs, ils peuvent transporter ces polluants. Trois grandes familles sont identifiées : les composés organiques volatils comme le benzène; le formaldéhyde qui irrite les yeux et les voies respiratoires ou encore les polluants biologiques autrement dit les moisissures. Ces champignons microscopiques sont très présents dans les voitures.

Les revêtements n’arrangent rien à l’affaire. Contrairement à ce que l’on peut croire, l’usager d’une voiture est bien plus exposé qu’un passant ou un cycliste.

Les allergies respiratoires ont doublé en 20 ans. En France ce sont 18 millions de personnes qui sont allergiques.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

Voici quelque conseils :

1 – Aérez en périphérie. Ouvrez vos fenêtres quand vous roulez en périphérie, en dehors des grandes villes, mais gardez vos fenêtres fermées quand vous êtes dans les zones urbaines. L’aération dans un environnement sain aide également à chasser les composés organiques volatiles (COV) issus de certains revêtements intérieurs des véhicules neufs.

2 – Évitez si possible les heures de pointe et les embouteillages. On se croit protégé dans la voiture, mais c’est faux. Il est parfaitement inutile d’aérer si la circulation est dense, par exemple sur le périphérique parisien.

3 – Fermez vos fenêtres dans les tunnels et même évitez-les si possible. Le taux de pollution y est catastrophique. Ne comptez pas sur le filtre à habitacle pour purifier l’air qui entre dans la voiture, il filtre le pollen mais laisse passer les particules fines.

4 – Évitez de suivre de gros camions très polluants. Ils fonctionnent au diesel et émettent donc beaucoup de particules fines et d’oxyde d’azote.

5 – N’achetez pas les dépollueurs qui commencent à apparaître dans le commerce. A l’heure actuelle ils sont inutiles et même parfois nocifs, car le processus de combustion émet des polluants.

6 – Préférez les diffuseurs d’huiles essentielles aux désodorisants. Les désodorisants de voiture contiennent des substances suspectées d’être nocives, tout comme les désodorisants d’air intérieur pour les maisons. En revanche, les diffuseurs d’huiles essentielles à brancher sur l’allume-cigare sont sans danger.

7 – Arrêtez de fumer dans l’habitacle (et même en dehors…). La nicotine s’incruste dans les tissus et reste des années.

8 – Changez votre filtre à particule dans les temps. Il n’est obligatoire que depuis 2011, et pour être efficace, il doit être remplacé tous les 80.000 km.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire