Les bizarreries dans notre corps

Jetez un oeil dans le miroir et regardez à quoi vous ressemblez. Mais pourquoi ?

Vos mesures et votre poids peuvent tout déterminer de votre santé future. Vous me direz que ce que je vous avance est tiré par les cheveux . Pourtant c’est vrai. Ce ne sont que des chiffres, des hypothèses peut être mais le mot d’ordre et ne l’oubliez jamais : LA PRÉVENTION.

C’est bien triste mais rares sont les femmes qui ne soient malheureuses d’une partie de leurs corps : que ce soit les jambes trapues, un tour de taille en plein essor ou un manque d’hauteur…

Toutefois, la recherche montre que ces aspects de notre corps peuvent également détenir la clé de notre santé future, déterminer si nous avons une prédisposition à certaines maladies plus tard dans notre vie.

Jeter un coup d’oeil à l’état de santé de certaines “bizarreries” du corps peuvent conduire à des mesures pour des soins préventifs.

1 : L’index plus court que l’annulaire

 

Selon une étude réalisée en 2008 dans le cadre du rhumatisme, les femmes dont les doigts index sont plus courts que leurs doigts cycliques peuvent être deux fois plus sujettes à l’arthrose dans les genoux.

En effet, cette différence de longueur de doigt peut indiquer des niveaux bas de l’oestrogène, qui est connu pour être une caractéristique commune à ceux souffrant d’arthrose.

Passez à l’action :

Renforcer les muscles qui entourent vos genoux. En étant assis, redressez chaque jambe pour qu’elle soit parallèle au sol une dizaine de fois et ce pendant cinq à dix secondes.

 

2 : Des jambes trapues

 

Dans une étude de 2008 publiée dans le Journal d’épidémiologie et de santé communautaire, des chercheurs britanniques ont constaté que les femmes avec des jambes qui mesurent entre 20 et 29 pouces ont tendance à avoir des niveaux plus élevés des enzymes indiquant ainsi une maladie du foie.

Passez à l’action :

Vous pouvez garder votre foie en santé en évitant la quantité de toxines qu’il a à traiter. Pour cela, il faut :

– fuir la consommation d’alcool qui fatigue grandement le foie.

– consommer des légumes et des fruits, riches en polyphénols, antioxydants essentiels pour lutter contre les toxines. Certains ont même une véritable réputation détox : artichaut et radis noir notamment.

– réduire la viande et surtout la rouge. Il faut alterner avec le poisson. On ne demande pas de devenir végétarien non plus (sourire).

– vivez probiotique : Pour chasser les toxines, il faut commencer par un bon transit. Cela passe par faire le plein de probiotiques. Ces bactéries amies que l’on trouve dans les yaourts et laits fermentés permettent de chasser les troubles intestinaux et limitent la présence de bactéries nocives. Misez sur ceux qui ont fait leurs preuves, comme le fameux Bifidus Actif (que l’on trouve notamment dans Activia).

– boire de l’eau : Pour chasser les toxines, il faut les drainer hors de notre organisme. Pour cela, il faut boire ! Au moins 1,5 litres d’eau par jour, pour aider les reins à éliminer tous les déchets de l’organisme et autres polluants internes.

(…)

 

3 : Le sens de l’odorat très diminué

 

Les personnes âgées qui ne peuvent pas identifier l’odeur des bananes, citrons, la cannelle ou d’autres éléments sont cinq fois plus susceptibles de développer la maladie de Parkinson dans les quatre ans, selon une étude de 2008 dans les “Annals of Neurology”. En effet, la région du cerveau responsable de la fonction olfactive peut être l’un des premiers touchés par la maladie de Parkinson – quelque part entre deux et sept années précédant le diagnostic.

Passez à l’action :

Certaines personnes atteintes de la maladie de Parkinson mentionnent un certain nombre de difficultés, par exemple, la détérioration de l’écriture, de la dépression, des troubles du sommeil, de l’anxiété et une perte de l’odorat pendant des années avant qu’un diagnostic formel ne soit établi. Un diagnostic précoce associé avec le développement des traitements qui peuvent ralentir ou arrêter la progression de la maladie de Parkinson seront utiles pour trouver un remède. Les nutritionnistes recommandent également un apport quotidien de suppléments d’huile de poisson. L’Omega 3 présente des acides gras pouvant augmenter la résistance de votre cerveau au MPTP (un composé toxique responsable de la maladie de Parkinson).

 

4 : Des bras courts

 

Selon une étude publiée dans la revue Neurology, les femmes avec des bras courts étaient une fois et demie plus susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer que ceux qui ont une plus longue portée de bras. Selon des chercheurs de l’Université Tufts, dans le Massachusetts, les déficits nutritionnels ou autres pendant les années de croissance cruciales peut aussi prédisposer une personne à un déclin cognitif plus tard dans la vie.

Passez à l’action :

Mettez vos membres à bon escient en prenant un passe-temps, comme la peinture, la couture ou tricot. Une étude a montré que les adultes qui ont passé le plus de temps à des activités de loisirs étaient plus de 2,5 fois moins susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer que ceux qui ont rarement travaillé leur matière grise.

 

5 : Lobes d’oreilles froissés

 

Plusieurs études montrent que les rides linéaires dans un ou deux lobes peuvent prévoir de futurs événements cardiovasculaires, tels que crise cardiaque ou la nécessité d’une chirurgie de pontage. Selon une étude, un pli sur un lobe augmente le risque de 33 pour cent alors que le pli sur les deux lobes l’augmente de 77 pour cent. Bien que les experts ne sont pas exactement sûrs, ils soupçonnent tout de même qu’une perte de fibres élastiques peut provoquer à la fois le pli et le durcissement des artères.

Passez à l’action :

Gardez votre cœur en bonne santé par certains moyens comme perdre du poids et suivre un régime alimentaire faible en cholestérol. Cela aura l’avantage supplémentaire d’abaisser votre pression artérielle. Marcher pendant au moins 30 minutes chaque jour et fuir la consommation d’alcool.

 

6 : Un tour de taille bien trop généreux

 

Selon un rapport publié dans la revue Neurology, les adultes âgés de plus de 40 ans qui ont de plus grands estomacs sont jusqu’à 3,6 fois plus susceptibles de développer une démence septuagénaires. C’est peut-être parce que la graisse viscérale, qui est la graisse dangereuse entourant vos organes, sécrète des hormones inflammatoires qui peuvent affecter la santé de votre coeur.

Passez à l’action :

Adoptez un régime alimentaire de type méditerranéen (portion contrôlée). La recherche montre que les acides gras mono-insaturés (AGMI) dans les aliments tels que les olives, les noix, les graines, l’avocat et le chocolat noir permettre de prévenir l’accumulation de graisse viscérale.

 

7 : Fortes poitrines

 

Si la taille de votre soutien-gorge est un bonnet D ou plus, alors il est important que vous preniez soin de votre santé. Selon une étude de 10 ans publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne, les femmes qui portaient un bonnet D ou plus ( à l’âge de 20 ), étaient une fois et demie plus susceptibles de développer un diabète de type 2. Il se peut que le tissu adipeux dans le sein d’une femme est hormonodépendante, influençant la résistance à l’insuline, ce qui peut conduire au diabète.

Passez à l’action :

Le diabète peut être évité en premier lieu par le développement d’une habitude régulière d’exercice physique, manger de la nourriture végétarienne saine et la bonne gestion du stress. Il faut manger au moins cinq portions de fruits et légumes, et couper la restauration rapide. Il est aussi recommandé de méditer pendant au moins 20 minutes chaque jour et incorporer dans votre routine quotidienne 30 à 40 minutes de promenade matinale régulière. Cela aidera à créer l’équilibre et un sentiment de calme dans votre vie.

1 réponse

  1. SubhanAllah , en effet je ne vois plus mon corps du même angle … Ajib !

Ajouter un commentaire